Merci !

Cher-e-s ami-e-s,

La gravité de la crise sanitaire commande à chacun d’en prendre toute la mesure et d’avoir pour priorité unique le respect des consignes de sécurité. 

Dans le contexte actuel, l’heure est au combat contre le Covid 19. Il est évident que nous avons suspendu notre campagne. Mais je souhaitais néanmoins vous remercier chaleureusement car rien n’aurait été possible sans vous.

Nous avons fait une campagne exceptionnelle ! Aussi riche sur le plan politique qu’humain, nous avons proposé une nouvelle façon de faire de la politique, un projet innovant, sérieux, audacieux, ambitieux, à la hauteur de ce que mérite chaque toulousaine et chaque toulousain. 

La déclaration du jeudi 12 mars du Président de la République indiquant le maintien des élections municipales, alors même que nous savions les incertitudes qui pesaient sur la possibilité de tenir le 2nd tour, était pour moi incompréhensible. 

Si je ne conteste pas les conditions de sécurité sanitaire de déroulement du scrutin, je conteste le choix d’avoir affaiblit la démocratie locale. Le fait que près de 64% des électrices et électeurs toulousains aient fait le choix de ne pas se rendre aux urnes illustre avec force que la réalité de la vie de nos concitoyens n’était pas en phase avec la décision du maintien d’un scrutin municipal. Dès que j’ai pu sortir du silence auquel j’étais assignée comme tous les candidats, dimanche après 20h, et alors même que j’ignorais les résultats, j’ai dénoncé cette disjonction. En ces temps de fortes tensions, d’anxiété légitime, le rôle des dirigeants politiques était de ne pas soumettre les électeurs à des injonctions contradictoires telles que : « restez chez vous, allez voter ! »

A l’issue du scrutin, les résultats nous plaçaient en 3eme position avec 18,5% des suffrages mais donnaient à la gauche, à la condition qu’elle se rassemble, l’espoir de battre la droite du maire sortantDès dimanche soir, j’ai donc appelé au rassemblement de la gauche. Alors même que nous ignorions encore si le 2nd tour serait maintenu, alors même que nous savions que la crise sanitaire s’aggravait, ma responsabilité de tête de liste, de femme de gauche, était de chercher les conditions du rassemblement.

Nous avons engagé très vite, dans la nuit de dimanche à lundi, le dialogue avec Archipel Citoyen. Nous avons poursuivi ce travail dans la journée de lundi sans qu’il ne soit achevé. Il demeurait des points à clarifier sur le projet, et les questions de répartition des responsablilités entre les candidats de chacune des équipes n’ont pas fait l’objet de dialogue. Nous nous étions donné rendez-vous mardi 10h afin de se donner la possibilité d’aboutir à un accord dont je souhaite qu’il soit respecteux de tous et garant de la cohérence de la dynamique commune à enclencher pour battre la droite sortante.

L’aggravation de la crise sanitaire, les mesures de confinement ayant entrainée le report des élections courant juin et du dépôt des listes à une date indéterminée, la campagne a été suspendue. La politique municipale reprendra ses droits une fois que nous aurons vaincu cette crise sanitaire et ses conséquences sociales et économiques sans précédent.Il s’agira donc de reprendre les échanges le moment venu afin de présenter une alternative crédible et audacieuse pour réunir une majorité de Toulousains.

L’heure n’est pas aux négociations fussent-elles au service du rassemblement.

L’heure est au combat contre le Covid19. L’heure est à la solidarité avec ceux en situation de précarité (sans-abri, victimes de violences familiales,…) pour lesquels la mesure indispensable de confinement ajoute à la souffrance. L’heure est à la gratitude envers nos soignants et à la conviction du soutien sans faille à notre service public de santé. Comme des millions de Français, je me conforme aux consignes strictes de sécurité. Comme des millions de parents, je m’organise afin d’assurer la continuité de l’apprentissage scolaire de mes enfants et les entourer de toute ma tendresse.

En tant que Vice-présidente de la région Occitanie en charge notamment du développement économique, je reste mobilisée afin de pouvoir accompagner au mieux les entreprises de notre territoire, leurs salariés dans une période qui augure aussi, d’un d’une grave crise économique. Dès mercredi dernier, la Présidente Carole Delga a annoncé une série de mesures concrètes pour soutenir l’économie locale.

Appliquons nous à donner de l’énergie à la solidarité.

Qu’elle vive lorsque vous acheterez des courses pour notre voisine âgée et isolée, lorsque vous appellerez vos proches éloignés, ou ferez un don à des associations qui luttent actuellement pour ne pas abandonner les plus démunis dans nos rues.

Ce soir, comme de nombreux toulousains je serai à 20 heures à ma fenêtre, pour y applaudir le personnel soignant. Je vous y donne rendez-vous.

Prenez grand soin de vous. A bientôt,

Nadia Pellefigue

Vous étiez 7000 à suivre notre meeting numérique mardi 10 mars. 
Visionnez le replay :

Un projet, Une Nouvelle Energie pour Toulouse

« De l’attention pour chacun, une ambition pour tous »
 Lundi 10 février 2020, Nadia Pellefigue a présenté nos 148 propositions pour faire de Toulouse une métropole européenne à la pointe des transformations sociales, écologiques et démocratiques. 

Des solutions concrètes, construites avec les Toulousain-e-s, pour que leur ville respire, protège et inspire.
Découvrez notre programme pour les élections municipales à Toulouse :

Tulouse espireR programme Nadia pellefigue écologie élections municipales 2020 Toulouse

Toulouse respire

C’est une ville qui offre aux toulousain-e-s un nouveau cadre de vie, agréable et paisible, un espace public sereinement partagé. Une ville qui propose de nouvelles alternatives de mobilité adaptées aux usages de chacun. Une ville qui met au cœur de son projet l’environnement et la santé de ses habitants. Une ville qui RESPIRE.

Toulouse protège

C’est une ville qui imagine de nouvelles formes de solidarité pour les personnes les plus fragiles et les plus vulnérables. Une ville accessible, fraternelle et inclusive. Une ville où chaque toulousain-e doit se sentir en fonction de ses besoins, considéré, épaulé et en sécurité. Une ville qui PROTÈGE.

Toulouse inspire

C’est une ville qui donne envie aux toulousain-e-s d’entreprendre, de s’engager dans la vie de la cité, de participer à son développement, d’expérimenter de nouvelles pratiques… Une ville qui « bouillonne », créative, ouverte, présente sur la scène internationale. Une ville désormais fière de ses initiatives et de ses acteurs. Une ville qui INSPIRE.

Pourquoi nous soutenons Nadia Pellefigue ?

Nous sommes des citoyens engagés, militants, associatifs, créatifs, salariés ou entrepreneurs. Pour la majorité d’entre nous, il s’agit de notre premier engagement citoyen ou politique. Nous partageons des valeurs progressistes, et surtout un sentiment d’urgence à agir avant qu’il ne soit trop tard. Agir pour notre ville, c’est agir pour notre planète, pour notre futur et celui de nos enfants, pour nos emplois ou pour renforcer la place de la démocratie.

Car construire les politiques de demain avec les Toulousains, c’est d’abord accepter que chacun soit acteur de la place publique.
Nous voulons partir des idées, des solutions, des mobilisations de terrain des Toulousains.
Elles existent, elles fleurissent mais elles ne sont ni écoutées, ni stimulées : Les Toulousains sont pourtant la solution et non le problème !
Pour changer en 2020, Toulouse devra se rassembler autour d’idées neuves et d’une incarnation pour les porter. Pour changer la vie des Toulousains, il faudra changer Toulouse.

Et pour nous, c’est Nadia Pellefigue qui par son dynamisme, sa proximité, son expérience et
sa volonté, incarne le mieux le changement nécessaire à Toulouse.

Enfant du grand Mirail, Nadia Pellefigue a grandi dans le quartier des Pradettes. Très tôt sensibilisée aux inégalités sociales qu’elle côtoie, elle s’engage aux côtés des sans-papiers ou sans-logements, puis dans le combat politique.

Après avoir travaillé au Parlement européen, elle est aujourd’hui à 40 ans la Vice-Présidente de la Région Occitanie en charge du développement économique, de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement supérieur.

La vision qu’elle a ainsi construite, c’est le refus du fatalisme de l’injustice, comme celui de l’incantation protestataire. Elle souhaite à présent mettre son énergie au service de la ville qu’elle aime : Toulouse.

Volontariste et concrète, elle souhaite pouvoir intégrer intelligemment les dynamiques économiques et sociales pour faire de Toulouse et sa métropole des références d’audace et de ville en transition : elles ont les atouts pour cela.