Solidarités

« Avec près d’une personne sur quatre vivant sous le seuil de pauvreté à Toulouse, il faut imaginer de nouvelles formes de solidarité et mener une politique volontariste contre lles inégalités sociales. Ce n’est pas de charité ou de saupoudrage dont ont besoin les personnes en situation précaire, mais d’une ville inclusive les aidant à passer avec dignité certaines étapes difficiles de la vie. Toulouse mérite une politique sociale ambitieuse, qui ne laisse aucun de ses habitants sur le côté. Femmes, enfants, salariés, personnes en situation précaire, personnes en situation de handicap, chacune et chacun doit se sentir considéré et épaulé en cas de besoin. Il y a un Toulouse qui va bien mais aussi un Toulouse qui va mal. Quatrième ville de France, Toulouse doit être une chance pour tous. Maire de Toulouse, je souhaite redonner confiance en son avenir à chaque toulousaine et chaque toulousain. » Nadia Pellefigue

Les toulousains expriment leur inquiétude pour l’avenir. La baisse de leur pouvoir d’achat a été aggravé par la hausse des impôts locaux et l’augmentation des prix des services tels que la cantine, ou les transports pour de nombreuses familles depuis 6 ans.
Beaucoup d’habitants peinent à subvenir à leur besoin par leur seul travail et les situations de précarité sont nombreuses. Cette augmentation de la pauvreté à Toulouse nous interpelle. La Ville doit être solidaire et bienveillante. Elle doit agir contre les inégalités.

Aujourd’hui nous formulons 30 propositions. Un bouclier social pour la Ville et la Métropole de Toulouse. Pour préserver le pouvoir d’achat et favoriser l’égalité des chances.

Depuis 6 ans, le fossé se creuse entre ceux qui vont bien et ceux qui vont mal

Associations et action sociale

Depuis 6 ans, la majorité sortante a abandonné les plus fragiles et le combat contre les injustices sociales. Elle a abimé le tissu associatif qui contribue à la lutte contre les déterminismes sociaux et territoriaux. Pire, soutenu par ceux qui affichent un mépris renouvelé et incompréhensible pour ceux qui ne sont pas les premiers de cordées, le maire sortant Les Républicains a aggravé la précarité des plus fragiles avec l’augmentation des tarifs des services publics.

 

>Depuis 6 ans, de très nombreuses associations ont connu de fortes baisses de subvention de la Mairie de Toulouse. Pour certaines, ce fut même la suppression de toute aide. Aux côtés de la collectivité, les associations sont indispensables à la vie de la cité et au vivre-ensemble. Il n’est pas justifiable que les Restos du cœur aient subi une baisse, entre 2014 et 2019, de – 16,5% et le Secours populaire de – 10%. Nous mettrons un terme à ce mépris du tissu associatif, ces bénévoles et celles et ceux qui bénéficient de leur support.

De la même manière, nous soutiendrons la Banque alimentaire afin que ses bénévoles dévoués n’aient plus à réceptionner et préparer les colis alimentaires dans des conditions absolument indignes et qui illustrent l’absence de reconnaissance pour leur engagement.

 

> Alors que le nombre de toulousain-e-s en difficulté augmente et les besoins grandissent, le budget de fonctionnement de l’action sociale a baissé de 5% par an depuis le début du mandat du maire sortant. C’est une illustration de la déconnexion de la majorité actuelle avec la réalité des toulousain-e-s.

> Les budgets des associations poursuivant des missions d’action sociale ont subies près de 25% de baisse sur le mandat.

Impôts

> 1380€ : c’est en moyenne sur 6 ans ce qu’aura coûté la décision du maire d’augmenter les impôts de la ville et de la Métropole (+15%), pour un couple marié avec deux enfants propriétaire d’un T4 (130€ de taxe d’habitation et 100€ de taxe foncière de plus par an). Alors même qu’une de ses promesses de campagne en 2014 était de ne pas augmenter ces impôts !

Cantines

> 2640€, c’est ce que ce même couple a payé en plus sur 6 ans (en moyenne 440€ de plus par an pour ses deux enfants) à cause de l’explosion des tarifs des cantines et des CLAE par la majorité actuelle  

 

> La gratuité de la cantine a été supprimée pour les plus bas revenus. La gratuité de la garderie maternelle du mercredi après-midi a également été supprimée.

Transports

> La gratuité des transports des plus de 65 ans au-delà de 800€ de revenus mensuels (seuil remonté à 900 euros à la veille des élections) a été supprimée (10€ par mois pour les seniors dont les revenus sont compris entre 801 et 1140€, 15€ par mois au-delà de 1141€).

La gratuité pour les demandeurs d’emploi a, elle aussi, été supprimée pour ceux qui touchent plus de 720 € de revenus par mois. Environ 52 000 chômeurs sont concernés par cette mesure.

Le tarif à 10€ par mois est supprimé pour les jeunes travailleurs

Services

> Le centre social du Ramier est désormais fermé les samedis et dimanches (restaurants et point d’eau fermés le weekend hors période d’hiver).

 

 

 

 

Nos propositions

Depuis des mois, à la rencontre des Toulousaines et Toulousains, associations et experts, nous travaillons avec celles et ceux qui croient en l’intelligence collective et qui ont participé à produire des solutions innovantes et concrètes. Notre objectif est de répondre aux préoccupations du quotidien de chacun-e et de porter une ambition pour la quatrième ville de France. Nous nous sommes appliqués à dire ce que nous ferons pour que Toulouse respire, protège et inspire.

Alors que de nombreux Toulousains se mobilisent contre les injustices sociales et pour plus de solidarité intergénérationnelle, il est de notre responsabilité de leur apporter des réponses concrète. 

Personne n’est à l’abri d’un accident de la vie. La ville solidaire que nous voulons construire avec les Toulousain—e-s protège les plus faibles. L’affaire de tou-te-s, au bénéfice de tou-te-s

Axe 1 :  DES ACTIONS NOUVELLES AU SERVICE DE LA SOLIDARITE

Axe 2 : SOUTENIR ET ACCOMPAGNER LA SOLIDARITE DES TOULOUSAIN-E-S

Axe 3 LA SOLIDARITE AU CŒUR DE TOUTES NOS POLITIQUES PUBLIQUES 

 

Des actions nouvelles au service de la solidarité

Nous lancerons dans le cadre d’un travail partenarial avec les services de l’Etat et le Conseil départemental de la Haute-Garonne la mise en place d’un guichet unique pour les plus de 60 ans et leurs familles. Ce guichet a pour rôle l’information, l’écoute mais aussi l’orientation pour trouver des solutions adaptées aux besoins de chacun : aides ménagères, hébergement en établissement, portage de repas, téléassistance, etc.

Cette offre simplifiée et globale sera disponible au sein des Kiosques des solutions implantés dans chaque quartier.

1/ Bien vieillir

  • Nous lancerons dans le cadre d’un travail partenarial avec les services de l’Etat et le Conseil départemental de la Haute-Garonne la
    mise en place d’un guichet unique pour les plus de 60 ans et leurs familles.

    Ce guichet a pour rôle l’information, l’écoute mais aussi l’orientation pour trouver des solutions adaptées aux besoins de chacun : aides ménagères, hébergement en établissement, portage de repas, téléassistance, etc.

    Cette offre simplifiée et globale sera disponible au sein des Kiosques des solutions implantés dans chaque quartier.

 
  • Création du MIT : Mission Intergénérationnelle Toulouse

    Pour recréer du lien entre les jeunes et les seniors, faire reculer les effets du vieillissement et éveiller les enfants aux connaissances de leurs aînés, appliquons le principe du voisinage et du croisement entre les établissements : 

    1 Crèche – 1 Ehpad. Les objectifs sont multiples puisqu’ils consistent en une lutte contre la déprise (et donc la dépendance), un éveil éducatif pour les enfants, mais aussi de redonner le sentiment d’utilité sociale souvent perdu par les personnes isolées. Ainsi, tous les nouveaux programmes de construction de logement comme d’infrastructures publiques devront intégrer dans leurs études l’examen d’opportunité pour favoriser cette mixité générationnelle.

    A noter que nous avons, à l’occasion de la conférence de presse dédiée au logement et à l’urbanisme, pu présenter le dispositif belge inspirant « Kangourou ».

2/ Toulouse, ville du numérique inclusif et éthique

Le numérique est aujourd’hui omniprésent et transforme nos sociétés, nos politiques, nos relations sociales, professionnelles ou privées. La difficulté numérique est devenue un facteur d’exclusion majeur dans notre société : en effet 26% des Françaises et Français sont touchés, et 40% des publics en précarité sociale sont en difficulté numérique. Nous mettrons en œuvre une action volontariste pour un numérique éthique et inclusif.

Toulouse labellisée Territoire d’actions pour un numérique inclusif

Nous aurons l’ambition de devenir lauréat du label TANI proposé par l’État qui l’accompagne de dispositifs de soutien aux territoires engagés pour un numérique inclusif via la Mission Société Numérique.

Mettre en place des aidants

S’inscrire au chômage, faire valoir ses droits à la retraite, déclarer ses revenus, prendre rendez-vous en préfecture… Toutes ces actions impliquent désormais que, pour avoir accès aux services publics ou faire valoir nos droits, il est essentiel de maîtriser les outils numériques.

Nous proposerons au sein des Kiosques des solutions et dans plusieurs espaces culturels (bibliothèques…) l’accès à des ordinateurs avec l’assistance si nécessaire d’un aidant numérique.

Nous formerons les agent-e-s d’accueil de la commune à l’aide au numérique pour toutes les démarches administratives, à destination de : personnes âgées, SDF et grands exclus, familles en difficultés, travailleur·ses pauvres, demandeur·ses d’emploi et jeunes en insertion. Cet accompagnement effectué dans le respect des personnes doit aussi leur donner accès par formation-action à une certaine autonomie et appropriation des outils dont ils ont besoin.

3/ Toulouse sans sida

Nous proposons de rejoindre le réseau «Les villes s’engagent » (Fast-Track citiies) pour en finir avec le SIDA. Plus de 250 villes dans le monde ont signé la Déclaration de Paris en lien avec l’ONUSIDA. Ce faisant, elles ont démontré leur détermination à concrétiser l’engagement de l’ONU de mettre fin à l’épidémie du SIDA dans le monde. d’ici 2030. Concrètement, il s’agit d’un volontarisme public en faveur de l’information, du dépistage et du soin en lien avec hôpitaux, la recherche, l’assurance maladie et tout prestataire de soin.  D’autres villes en France se sont inscrites dans ce soutien, notamment Paris, Grenoble, et Montpellier en Occitanie.

La majorité actuelle a fait le choix de ne pas s’engager.

Signer la Déclaration de Paris est pour nous un acte de lutte contre les inégalités d’accès aux services sanitaires et sociaux de base…  Et ces actions iront au delà de l’action contre le SIDA. Nous défendrons l’accès au soins des plus démunis, en soutenant notamment l’hôpital Joseph Ducuing, dont les personnels manquent cruellement de moyens pour opérer leur métier dans la dignité et le respect d’eux-même et de leurs patients. 

Nous mettrons nos efforts au service de l’hôpital La Grave, qui représente 8 siècle d’histoire et service des habitants en situation de précarité. 

 

4/ Création de la grande cause annuelle des solidarités

Nous proposons de définir des grandes causes annuelles des solidarités pour lesquelles nous mettrons l’accent en conjuguant les efforts de la collectivité en matière :

  • de mobilisation budgétaire exceptionnelle notamment à destination des associations portant ces sujets,
  • de la création de pôle « projet » autour de la cause choisie avec des personnels de la collectivité et des représentants associatifs
  • de visibilité avec d’importantes campagne de sensibilisation et événements dédiés.

 

L’objectif de l’engagement de notre ville sur une grande cause sera également d’enclencher d’expérimenter des actions pour engager des dynamiques de solutions nouvelles et pérennes sur ces sujets.

Les écoles seront invitées à s’associer à la grande cause annuelle de solidarité et des ateliers seront proposés aux équipes pédagogiques avec mise en relation avec des intervenants de qualité mobilisés sur les sujets concernés.

Soutenir et accompagner

5/ « Ici, on joue la carte de la solidarité »

Nous développerons l’accompagnement des commerçants et des artisans qui contribuent à faire vivre l’identité de notre ville comme grande métropole généreuse et solidaire.

Avec eux, nous mettrons en place une signalétique « Ici, on joue la carte de la solidarité ». La collectivité recensera l’offre et les aidera à la mettre en place en partenariat avec les acteurs économiques.

La solidarité au menu

Nous proposerons aux restaurateurs toulousains de les associer à la solidarité qui est constitutif de notre ville. Nous déploierons avec eux la carte de solidarité pour financer des repas aux sans abris. 

Une carte gagnant/gagnant qui permet via une application mobile développée par la collectivité d’offrir un repas gratuit à un sans-abris auprès de restaurateurs partenaires qui s’engagent une fois la carte de fidélité complétée.

Au(x) service(s) de la dignité

> Charger un téléphone devenu parfois le dernier lien pour chercher du travail, un hébergement, accéder à des sanitaires, avoir une boisson chaude, se faire couper les cheveux…

Ces services de première nécessité permettent de conserver une dignité due à chacun. Nous accompagnerons les initiatives qui consiste à afficher, à l’initiative des commerçants, des logo/ pictogrammes sur leurs vitrines pour exprimer une bienveillance à l’égard de plus démunis ou proposer des services achetés par des clients pour ceux qui sont dans le besoin.

Nous soutiendrons par voie de subventions les structures associatives qui offrent repas et douches aux plus démunis.

 

6/ Appui aux projets associatifs solidaires

Nous développerons une plateforme hébergée sur le site de la collectivité dont l’objectif sera de permettre aux associations qui œuvrent pour ceux qui en ont besoin de trouver bénévoles et dons.

La recherche de financements et leur gestion administrative sont très chronophages pour les bénévoles associatifs. La disparition des emplois aidées comme la baisse des subventions municipales a fortement entamé la capacité d’action des associations. Nous voulons que la ville de Toulouse, au-delà du soutien financier aux structures, accompagne efficacement celles et ceux qui aident les autres et jouent un rôle majeur pour la cohésion

Valorisation des bénévoles

Sans bénévole, pas d’action associative. Ils sont le cœur battant de la solidarité des habitants de notre ville. Nous souhaitons les valoriser pour les remercier et encourager l’engagement citoyen, terreau du bien-vivre ensemble. A cet effet, nous leur proposerons de bénéficier de gratuité dans l’accès aux équipements et événements culturels et sportifs municipaux. Nous réaliserons aussi des portraits vidéo de bénévoles diffusés auprès du grand public et de nos écoliers pour encourager l’engagement.

Valorisation des rebonds positifs

Dans une société fracturée, les difficultés matérielles ou sociales se conjuguent souvent avec un sentiment de fatalité et d’impuissance. Nous voulons redonner confiance et pour cela montrer les parcours de celles et de ceux qui ont pu s’en sortir.

7/ Création de la Nuit des solidarités

La Nuit de la Solidarité consiste à décompter, une nuit donnée et de façon la plus exhaustive possible, le nombre de personnes en situation de rue (c’est-à-dire n’ayant pas d’endroit ou dormir ou dormant dans un endroit impropre au sommeil, tel qu’une voiture, un hall d’immeuble, etc.). Il est proposé à chaque personne rencontrée, anonymement et sur la base du volontariat, de répondre à un questionnaire, qui permet de mieux connaître les besoins.

 

En 2019, c’est par groupe de 4 ou 5 que les bénévoles ont sillonné les rues de la capitale, pour parler, échanger, compter et apporter des solutions aux sans domicile fixe. Au total, près de 1700 Parisiens, encadrés par 400 professionnels de l’Action sociale étaient ainsi sur le terrain. 

Election municipale Toulouse Nadia Pellefigue 2020 La nuit de la solidarité


La solidarité dans toutes les politiques publiques de la collectivité

Notre projet pour Toulouse porte l’ambition que notre ville soit une chance pour tous. A ce titre, l’ensemble des politiques publiques comme les dispositifs que nous développerons s’emploiera à répondre à l’objectif de réduction des inégalités entre nos habitants.

A titre d’exemple, nous présentons ici quelques dispositifs que nous créerons en ce sens :

8/ L’école, vecteur d’égalité pour les petits toulousains

  • Retour à la gratuité de la cantine pour les petits toulousains dont les familles sont pauvres. La solidarité, ce ne peut pas être la charité de la majorité actuelle.
  • Garantir, pour chaque enfant, le droit de partir au moins une fois en classe de découvertesdurant sa scolarité dans l’objectif de favoriser son ouverture sur le monde et l’éducation par « le vivre ensemble » et la mixité sociale.
  • Garantir l’accessibilité aux personnes en situation de handicap l’accès de nos écoles, que ce soit pour les enfants ou pour les parents d’élèves.
  • Arrêté la baisse de la subvention de la Mairie à la Caisse des Ecoles qui fournit notamment des vêtements neufs et de qualité pour les familles des enfants les plus démunies.
  • Sensibiliser les personnels municipaux de la communauté éducative, tels que les ATSEM dont le nombre doit être augmenté pour permettre l’affirmation d’un-e ATSEM par classe, aux handicaps y compris les handicaps non visibles (dyslexie, autisme…)

9/ Tarification solidaire pour les transports en commun (cf. conférence de presse du 17 octobre 2019)

  • Gratuité pour les personnes en situation de handicap dont le taux de handicap est > 50 %
  • Gratuité pour les accompagnants des personnes en situation de handicap
  • Tarification solidaire allant jusqu’à la gratuité en fonction des revenus et ce quelque soit l’âge.

10/ Un toit, un droit (cf. conférence de presse du 27 novembre 2019)

  • Développement de l’offre d’accueil d’urgence à travers notamment la création de nouvelles capacités d’hébergement d’urgence
  • Demande au Préfet de réquisition des bureaux et logements vacants pour permettre de produire des solutions d’hébergement d’urgence
  • Création d’une maison d’accueil et d’hébergement pour les femmes, et leurs enfants, victimes de violences conjugales ou sexuelles
  • Anonymisation des candidatures au logement social pour combattre les discriminations, les ségrégations territoriales et le clientélisme.
  • Extension du Pass logement aux jeunes travailleurs

11/ Une métropole de cœur avec le reste du monde

  • Soutien à l’action des associations d’aide aux réfugiés notamment dans leurs relations avec les services de l’État, les bailleurs sociaux ou les caisses d’allocations familiales, et en garantissant, dans ce cadre, l’accompagnement de la collectivité durant toute la durée de la procédure administrative. 
  • Développement des parrainages républicains pour les jeunes sans-papiers scolarisés dans nos écoles
  • Développement des échanges et les rencontres entre les citoyens d’Europe,notamment les plus jeunes, en favorisant les jumelages associatifs et en organisant des échanges d’agents territoriaux avec des collectivités d’autres pays européens.

12/ Une collectivité exemplaire

  • Systématisation de l’insertion de clauses sociales dans les marchés publics en nous appuyant sur les travaux initiés par Toulouse Métropole emploi. Elles permettent de favoriser l’accès à l’emploi de personnes en situation de handicap et de publics éloignés de l’emploi
  • Anonymisation des candidatures à l’embauche pour les emplois proposés par la municipalité pour que la sélection repose uniquement sur la base des diplomes et de l’expérience
  • Associer des responsables associatifs tirés au sort aux décisions d’attribution des subventions aux associations afin de favoriser la transparence et l’efficience sur la base de l’évaluation de la réalisation des plans d’action International
  • Evaluation de l’impact de toute nouvelle politique publique sur les 10% des toulousains les plus pauvres